Compte-rendu de Moulins : GAMELLE !

Publié le par L'entêté

Tout ne se déroule pas toujours comme prévu...

Sur les 4 dédicaces prévues, nous n'en avons faites que 3. Un endroit où nous devions aller (dont nous ne citerons pas le nom) nous avait oubliés... Or que j'avais eu le responsable deux ou trois fois au téléphone les jours précédents ! Pas de pub dans le magasin, pas de table pour dédicacer. Lorsqu'il arrivé (en retard), il a inventé tout un baratin, il voulait qu'on s'installe quand même... Mais trop tard, les carottes étaient cuites, j'avais pris ma décision. J'ai dit à Kim : « Allez, viens ! On se casse ! On va aller ailleurs, récupérer quelques livres. » Et c'est ce que nous avons fait. C'est vrai que, dans ce magasin, j'avais pensé faire deux ou trois dédicaces, c'était un peu dommage. Mais tant pis !
Nous sommes donc partis dans une ville voisine, rendre visite à nos dépositaires. Pensant récupérer chez la patronne d'une Maison de la Presse les trois livres qui lui restaient, celle-ci nous a répondu : « Non ! Je vais les vendre dans les jours à venir... Je vous les paie ! » Elle en avait déjà vendu 26 et savait que les trois derniers ne resteraient pas longtemps. En sortant du magasin, Kim me dit : « Tu vois, tu voulais faire tes trois livres au magasin machin à Moulins ? Eh bien, ton Parrain le Bon Dieu vient de te les vendre !
C'est-y pas beau, ça ? »

A mon tour, je reprends le clavier pour vous dire qu'à Moulins, nous nous sommes bien amusés quand-même. Bien que ce soit une « gamelle », nous avons fait nos 10 livres... en 3 dédicaces (!) Et puis, samedi après-midi, nous étions à l'Espace Culturel Leclerc. Je voyais bien que Jean-Jacques tournait en rond et, même moi, je ne tenais plus. On aurait dit deux fauves en cage ! Tout à coup, environ vers 16 H 30, de loin, je le vois la plume à la main... Je me suis dit : « C'est bon, c'est parti ! » J'arrive près de la table, et je le vois en train de dédicacer des romans policiers ! Je me demandais bien ce qu'il faisait...? Ensuite, tout le reste de l'après-midi, il a signé, jusqu'à 19 H. Lorsqu'il voyait passer des gens avec des livres à la main, il allait les voir avec sa plume pour leur proposer une dédicace. Il a dédicacé des B.D., des bouquins d'intellos (il m'a appelée au secours quand les questions devenaient trop précises...), des romans historiques... car il faisait croire (au début) aux gens que c'était lui l'auteur (bien sûr, il les a détrompés ensuite, avant de signer de son nom !) Il voulait même dédicacer le sac à main d'une dame, qui n'a pas dit non. Bien sûr, il ne l'a pas fait, mais elle est repartie avec notre livre, ainsi que d'autres... Le soir, Jean-Jacques était fou ! Parce que tous ces gens là sont repartis avec des prospectus sur lesquels figurent nos articles de journaux. Il avait découvert une nouvelle forme de vente. Je garde le souvenir d'une dame, pour qui il avait dédicacé un livre d'enfant destiné à sa fille. Elle voulait ensuite acheter le nôtre, mais le magasin fermait et la plume et l'encre étaient rangées... Après la fermeture, nous avons eu une discussion avec la responsable, qui nous a raconté qu'elle était pliée de rire en voyant ce qu'elle avait vu. Jamais il ne s'était passé une chose semblable, et elle nous a dit : « Vous vous rendez compte ! Vous avez peut-être dédicacé des livres d'auteurs qui ne sont plus de ce monde ! » A notre tour, nous avons bien ri !

Et puis, vite fait, pour terminer, nous avons le souvenir de Pierre, qui est resté plus d'une heure à regarder le spectacle. Bien sûr, il a acheté un livre. En parlant longuement avec lui, nous avons découvert que c'était quelqu'un qui avait une grande expérience de la communication. C'est un peu comme si nous avions bénéficié d'une consultation gratuite d'un spécialiste en sciences humaines. Nous savons que c'est un personnage, et nous avons été honorés qu'il nous laisse ses coordonnées, en nous promettant que l'on se reverrait un jour.

  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article